Accueil info
Monde

Josep Borrell: "Seule la migration empêchera le déclin de l’Europe"

L'interview de Josep Borrell, futur ministre des Affaires étrangères de l'UE (1), diffusée dans l'émission "Pardonnez-moi" L'actu en vidéo / 2 min. / le 15 novembre 2019
Josep Borrell, le ministre espagnol des Affaires étrangères, proposé au poste de haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, s’exprime dans un entretien à la RTS sur l’avenir de la puissance européenne dans le monde. La question démographique est centrale selon lui.

Josep Borrell pointe le danger d’un déclin européen: "5% de la population mondiale, un âge moyen qui est le double de celui de nos voisins". Selon lui, seule la migration pourrait permettre d’enrayer ce recul démographique: "Les Espagnols, les Allemands, nous ne nous renouvelons pas. Il y a plus de gens qui meurent. C’est quelque chose qu’il faut arranger d’une certaine façon."

Questionné sur le pari démographique qu’avait formulé Angela Merkel en 2015, il estime que "d’un point de vue mathématique, statistique, l’Europe a besoin d'apports humains". Josep Borrell note que la France et l’Espagne, notamment, voient leur population continuer de croître "grâce à la population immigrée".

"L’Europe joue son existence dans le monde global"

L'actu en vidéo - Publié le 15 novembre 2019

L’Europe est "une exception" en termes de culture politique, juge Josep Borrell, qui souligne "qu'elle joue son existence dans le monde global. D’autres centres du pouvoir se sont développés, comme la Chine". On assiste "à un déplacement du centre de pouvoir vers le Pacifique.", constate l'Espagnol.

Concernant la défense européenne, "le futur patron de la diplomatie européenne souligne qu'"aujourd’hui pour la grande part des pays européens, le cadre de la défense territoriale reste l’Otan."

"Les Britanniques n’ont jamais voulu l’union politique"

L'actu en vidéo - Publié le 15 novembre 2019

Interrogé sur le Brexit, Josep Borrell estime que le Brexit pourra "clarifier les choses": "Si on veut faire un projet d’union politique, peut-être que ça clarifie les choses. Déjà Churchill disait à l'époque "faites l’Europe, mais sans nous". "Les Britanniques n’ont jamais voulu une union politique.", estime l'Espagnol.

"Il y a un danger centrifuge en Europe"

L'actu en vidéo - Publié le 15 novembre 2019

Selon Josep Borrell, un danger centrifuge menace l’Europe. Le ministre cite le Brexit mais aussi le séparatisme catalan notamment et pointe une "tendance au chacun pour soi."

L’interview intégrale sera diffusée dimanche dans l’Emission Pardonnez-moi. Josep Borrell y évoque notamment la question catalane.

Darius Rochebin/nr