Accueil info
Monde

Pas de preuve que le poison utilisé contre Skripal provient de Russie

Le bâtiment de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye, où une réunion doit se tenir mercredi à la demande de la Russie. [LEX VAN LIESHOUT - EPA]
Le laboratoire britannique qui a analysé la substance utilisée contre un ex-espion russe et sa fille le 4 mars en Angleterre a reconnu mardi ne pas avoir de preuve qu'elle provenait de Russie.

"Nous avons été capables d'identifier qu'il s'agissait du novitchok, un agent innervant de type militaire", a déclaré le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down, mais "nous n'avons pas identifié sa source exacte".

Le gouvernement britannique, qui rend la Russie responsable de cette attaque, a répliqué en rappelant que les recherches menées à Porton Down ne constituaient "qu'une partie du renseignement" à sa disposition.

Réunion à La Haye

"Nous savons que la Russie a cherché, pendant la dernière décennie, des moyens de produire des agents neurotoxiques à des fins d'assassinat, et a produit et stocké de petites quantités de novitchok", a affirmé un porte-parole de l'exécutif.

L'annonce du laboratoire survient alors que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) doit se réunir mercredi à La Haye, aux Pays-Bas, à la demande de la Russie.

A Salisbury, Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, sont toujours hospitalisés.

afp/pym

A consulter également

Moscou insinue que Londres pourrait être derrière l'affaire Skripal
Monde
La Russie lance ses représailles contre l'UE dans l'affaire Skripal
Monde
Les enquêteurs russes demandent l'aide de Londres dans l'affaire Skripal
Monde
Sergueï Skripal et sa fille ont peut-être été empoisonnés chez eux
Monde