Accueil info
Neuchâtel

Le canton de Neuchâtel freine l'interdiction des pailles en plastique

Le canton met un frein à l'interdiction des pailles en plastique à Neuchâtel Le 12h30 / 1 min. / le 27 juin 2018
La Ville de Neuchâtel veut être la première de Suisse à bannir la paille en plastique, symbole du tout-jetable. Mais le Conseil d'Etat estime qu'une telle interdiction n'est pas possible puisqu'elle relèverait du droit fédéral.

Neuchâtel veut s'engager dans la lutte contre ce petit objet symbole du gaspillage et de la pollution, qui peut être facilement évité ou remplacé par des solutions durables.

>> Lire: Les bistrots neuchâtelois devront se passer des pailles en plastique

La Ville a prévu un partenariat volontaire avec les commerçants, mais aussi une interdiction communale dès l'an prochain. Sur ce point, le conseiller d'Etat Laurent Favre a cependant été très clair mardi devant les députés du Grand Conseil: ce serait illégal à moins que la Confédération ne légifère, ce qu'elle a refusé jusqu'ici.

La Ville, elle, se défend d'être allée trop vite. Elle reconnaît que la solution juridique n'a pas été encore trouvée, mais maintient sa volonté de se débarrasser des pailles en plastique.

"On doit montrer une volonté politique"

"Si on veut se cacher derrière du juridisme, on peut toujours quand on est une collectivité publique", note la conseillère communale Violaine Blétry de Montmollin. "A un moment donné, on doit montrer de l'enthousiasme, une volonté politique sur une thématique. La Ville de Neuchâtel a voulu le faire d'une manière très forte (…) et c'est ça qu'il faut garder en tête. Même si c'était symbolique comme prise de conscience, elle réussit et l'objectif est atteint."

Reste qu'une interdiction est donc loin de voir le jour même si la Ville assure qu'elle n'abandonnera pas, car le canton et les partenaires ont d'autres priorités.

Sensibilisation "très bien perçue" par les clients

La directrice de GastroNeuchâtel Karen Allemann souligne qu'il n'y a pas toujours besoin d'interdictions pour sensibiliser les gens. Elle assure que son organisation continuera son travail de sensibilisation auprès de ses membres d'autant que la démarche, souligne-t-elle, "a vraiment été très bien perçue par les clients".

Reste une autre possibilité: celle d'un accord de branche cantonal voir plus large, comme pour les sacs plastique. Canton, Ville et représentants des établissements publics en discuteront lors d'une rencontre à la fin de l'été.

Etienne Kocher/oang

>> Voir aussi le sujet du 12h45 avec les réactions de Violaine Blétry-de Montmollin, conseillère communale de la Ville de Neuchâtel, et Laurent Favre, conseiller d'Etat:

12h45 - Publié le 27 juin 2018

A consulter également

Les bistrots neuchâtelois devront se passer des pailles en plastique
Neuchâtel