Accueil info
Valais

Une autoroute couverte de panneaux solaires pourrait voir le jour en Valais

La Suisse pourrait avoir sa première autoroute solaire Forum / 2 min. / le 10 septembre 2018
Couvrir les autoroutes suisses de panneaux solaires et remplacer à terme le parc nucléaire, c'est l'ambition de la société zougoise Servipier. Un projet pilote pourrait voir le jour d'ici 2020 en Valais, a appris la RTS.

Servipier a signé le 22 août une convention avec l'Office fédéral des routes (OFROU). Cette étape était cruciale en vue de la mise à l'enquête, espérée ces prochains mois, de ce premier projet. Dans l'idéal, les travaux pourraient débuter à l'automne 2019 et durer huit mois. Leur coût est estimé à 50 millions de francs, entièrement financés par le secteur privé.

Concrètement, il s'agit d'ériger une structure métallique au-dessus de l'autoroute A9 à Fully, en Valais, sur pas moins de 1,6 kilomètre. Celle-ci serait ensuite recouverte de près de 37'000 panneaux solaires, qui permettrait de produire 19 GWh par an, soit la consommation d'environ 20'000 personnes.

L'ensoleillement généreux du Valais semble avoir été un critère important dans le choix de Servipier, tout comme la présence d'un long bout droit d'autoroute à Fully. Par ailleurs, la vallée du Rhône étant propice à la production d'énergie éolienne, les infrastructures pourraient également récupérer cette énergie. Enfin, la proximité d'installations hydroélectriques permettrait de créer des synergies.

Sécurité des usagers assurée

Avec ce concept, Servipier a des ambitions mondiales. Rien qu'en Suisse, selon la société zougoise, il serait possible d'exploiter de la sorte quelque 750 kilomètres d'autoroutes. Deux autres projets sont au stade du développement en Suisse alémanique et n'ont pas encore été présentés à l'Office fédéral des routes, note l'entreprise.

Interrogé par la RTS, Jean-Bernard Duchoud, vice-directeur de l'OFROU, confirme l'intérêt de la Confédération. Selon lui, il s'agit d'un projet novateur qui s'inscrit parfaitement dans le cadre de la stratégie énergétique 2050. Le tronçon sera mis à disposition par Berne, mais aucune subvention n'est prévue. La procédure de mise à l'enquête sera de l'ordre du canton.

Selon l'OFROU, les garanties nécessaires en termes de sécurité des usagers de la route ont été fournies. Le directeur de Servipier Laurent Jospin, ingénieur établi à La Chaux-de-Fonds, précise d'ailleurs que c'est la raison pour laquelle les coûts du projet sont aussi élevés.

>> L'interview de Laurent Jospin dans Forum:

Forum - Publié le 10 septembre 2018

Marie Giovanola/dk